Washington

Guide bleu Etats-Unis Côte Est

Washington, des trésors dans un écrin néoclassique

Que de pouvoir concentré sur 174 km²! Washington, capitale de l'Etat fédéral, rassemble les institutions de la nation : la Maison-Blanche, le Capitole, le Pentagone, le FBI et la Cour suprême. Le centre stratégique du pays le plus puissant du monde ne parviendra probablement pas à prendre les visiteurs par le cœur : les édifices sont d'un classicisme solennel et les avenues immenses. Ses trésors, ce sont les collections à la fois riches et variées de ses extraordinaires musées qui combleront les amateurs d'art les plus avides. Si le centre lui-même est tout entier dévoué aux administrations, on trouvera l'animation à quelques stations de métro, à Georgetown ou un peu plus loin, dans la banlieue, à Alexandria, qui n'a rien perdu de son charme colonial. A quelques encablures, les forêts qui couvrent le Shenandoah National Park permettront une halte en pleine nature et quelques randonnées sur le mythique sentier des Appalaches.

La baie de Chesapeake

Sur la côte, Baltimore, qui a très bien su se rénover, reste l'un des principaux ports sur l'Atlantique. La ville offre de jolis quartiers anciens et une ouverture sur la période coloniale de l'histoire américaine, grâce à Annapolis, une ville charmante et bien préservée. Il suffira de passer le Chesapeake Bay Bridge pour retrouver un rythme plus lent, des réserves d'oiseaux et une atmosphère parfois très Nouvelle-Angleterre. La baie de Chesapeake, si elle a été largement industrialisée, abrite encore dans ses paysages mouillés une importante colonie d'oiseaux. Si la baie est menacée de pollution, une prise de conscience sur la nécessité de la préserver est heureusement réelle aujourd'hui.

La Pennsylvanie, un rêve de quaker

Les quakers ont inspiré la création de la superbe Philadelphie. Les amish du Pennsylvania Dutch Country mènent une vie en marge du progrès. C'est dire si la Pennsylvanie offre aux visiteurs une conception originale de la vie en communauté.

Deux évènements expliquent aujourd'hui encore la qualité de vie à Philadelphie. Sa fondation en 1682 par le quaker William Penn, qui voulait donner un exemple aux autres nations et imagina une terre tolérante, pacifique, ouverte à toutes les religions et à toutes les races. Une politique qui attira de nombreux immigrants, de sorte qu'en 1760, "Philly" était devenue le plus grand centre commercial de l'Amérique anglophone. Le second évènement se situe un siècle plus tard, le 4 juillet 1776, lorsque le Congrès continental approuve la Déclaration d'indépendance rédigée par Thomas Jefferson, affirmant que "tous les hommes sont créés égaux" et que chacun a un droit inaliénable "à la vie, à la liberté et à la recherche du bonheur". Doit-on à ces textes le fait que Philadelphie ait sur garder une dimension humaine ? Harmonieusement situé entre les rivières Delaware et Schuylkill, son centre-ville marie les réalisations modernes avec les bâtiments géorgiens du quartier historique. Sans compter son célèbre musée d'Art et la fondation Barnes, fabuleuses collection privée d'œuvres impressionnistes. A des années-lumière du Pennsylvania Dutch Country, sur la côte Atlantic City, et ses casinos outranciers, offre une facette de l'American way of life toute de toc et de kitsch.