Lac Titicaca

Notre expérience

Notre hébergement : Résidencial Cricarlet

Nous avons rejoint les bords de ce lac mythique par un vol Arequipa/Juliaca qui nous a permis, au petit matin, de voir les montagnes dégagées autour d'Arequipa. L'arrivée sur l'Altiplano est magique : voir ces champs et ces petites fermettes sur ce grand plateau à près de 4 000 m d'altitude est un régal. 

Pour rejoindre Puno, le grand port péruvien sur le lac, une navette d'une vingtaine de places attend les voyageurs à la sortie du tout petit aéroport. Le prix est de 15 soles par personne pour ce trajet de 40 mn environ et on vous dépose devant votre hôtel. Pour nous, il s'agit du Residencial Cricarlet, 160 Calle Santiago Giraldo - petite pension d'une dizaine de chambres. L'accueil du gérant est très chaleureux, il parle très lentement pour que nous comprenons bien. Il nous conseille pour nos déplacements dans la ville et nous indique quelques restaurants. L'hôtel est situé tout près de la rue principale, c'est très pratique.

Au fur et à mesure que la journée avance, nous nous sentons de plus en plus fatigués, essoufflés et avons mal à la tête. Pas de doute, nous sommes victimes du terrible soroche ou mal des montagnes. Notre gérante nous conseille d'acheter un médicament à la pharmacie, de manger très léger et de beaucoup boire. C'est l'occasion d'essayer le maté de coca. Nous sommes si mal que nous reportons l'excursion prévue sur le lac et allons nous coucher à 20 h sans manger. Heureusement, après une bonne nuit de sommeil, cela va beaucoup mieux.

Les restaurants testés : Q'ALASAYA Rue de Lima, 345 : une bonne pizzeria - Inca Bar Rue de Lima 348 - Plutôt cher et service très lent même quand il n'y a personne.

 

Nous allons lentement dans la ville, jusqu'au mirador del Inca d'où on a une superbe vue sur la ville et le lac. Le lendemain, nous sommes d'attaque pour aller avec Olga sur l'île Amantani en prenant un bus collectivo jusque Capachica et l'embarcadère de Chiffron. Une heure de bateau pour atteindre l'île et faire la connaissance de Fernanda qui nous accueille jusqu'à demain matin. C'est aujourdh'ui la grande fête annuelle d'offrandes à la Pachamama et au Pachapapa. Nous montons jusqu'à l'esplanade où les différents groupes descendent pour se produire en chantant et dansant (concours à la clé).

Super séjour sur cette île et retour le lendemain par le même chemin. L'après-midi, nous prenons un bateau collectivo pour nous rendre sur les Iles Uros et nous sommes très déçus comme la plupart des visiteurs...

Ce que nous referions différemment

J'ai appris depuis qu'il existe des associations communautaires qui font découvrir les véritables îles Uros, pas seulement celles mises en place pour les touristes.

Plutôt que Puno, nous aurions pu séjourner dans la péninsule de Llachon, chez Felix par exemple, souvent cité dans les forums. Nous avons pu avoir un aperçu de la Péninsule en allant à Capachica et c'est bien plus agréable que la grande ville de Puno. On peut alors aller vers les îles en empruntant les mêmes moyens que les locaux.

Ce qu'en disent les guides

Lac Titicaca

Située à 3 827 m d’altitude, Puno est la capitale de l’Altiplano péruvien, région des hauts plateaux au climat froid, qui semble mieux adaptée aux vigognes et aux lamas qu’à l’homme. C’est le point de départ pour toute exploration du lac Titicaca et sa multitude d’îles, son peuple indien et ses coutumes.

L’île de Taquile est considérée comme le meilleur endroit pour découvrir les traditions régionales : les Taquiles sont d’excellents tisserands et on y trouve de fort belles étoffes de laine et d’alpaga. Les habitants de l’île, qui parlent quechua, se sont organisés pour gérer eux-mêmes toutes les activités liées au tourisme, espérant ainsi protéger leur mode de vie. Il n’y a pas d’hôtel mais on peut dormir chez l’habitant. L’artisanat est aussi la principale activité des habitants d’Amantani, un autre île située à une heure de bateau de Taquile. C’est l’île la plus peuplée du lac et la plus jolie, avec ses patios décorés de plantes grimpantes et ses petits bancs de pierre.

Olga, une locale organise des tours des îles et un hébergement chez l'habitant. Me demander ses coordonnées en utilisant la page contact.

Petit détour en Bolivie ?

Un service de bateaux relie Puno et Juli à la presqu’île bolivienne de Copacabana, que l’on peut aussi rejoindre par la route en bus, en minibus ou en colectivo. C’est un voyage très agréable qui permet de découvrir la rive bleutée et bordée de roseaux du lac. De Copacabana, on peut prendre un ferry pour faire un tout jusqu’au détroit de Tiquina, ou jusqu’à la Isla del Sol et la Isla de la Luna, toutes deux dans les eaux boliviennes.

Pour l'hébergement (Voyage Forum) :

Residencial Cricarlet (4/62 Trip Advisor) -  160 Calle Santiago Giraldo tel 35-40-85 mail : residencialcricarlet@hotmail.com  - Petit hébergement familial qui semble faire l'unanimité.

 

Extraits du guide VIATAO - Pérou - Voyager autrement, à la rencontre de la nature et des peuples.

Puno, capitale de l’Altiplano

Découvrir :

Entrez dans la Casa del Corregidor, une casona antique à droite de la place d’armes, avec sa petite cour et ses escaliers en Pierre semés de pots de fleurs. On y trouve une boutique équitable, K’antu Ecosol. Ils travaillent avec CIAP, le Centre Interrégional d’Artisans du Pérou. Chaque association membre se doit de respecter un standard de qualité, en échange de quoi les artisans reçoivent 70% du prix de vente de leurs créations. Ici, chaque bonnet est étiqueté avec le nom de l’association et de l’artisan qui l’a créé. De 15h à 20h, Jr Deutsua 566. On y trouver aussi un café-bar tenu par la coopérative Cecovasa (10h-13h30 et 14h30-19h30). Ce sont eux qui produisent le café El Tunki. Son producteur, Wilson Sucaticona, a gagné en 2010 un concours américain du meilleur café du monde dont la presse péruvienne se fit largement l’écho. On le trouve ici ou chez Mosjsa. Tout autour de la place, quelques autres casonas coloniales comme le Balcon del Conde de Lemos qui héberge une galerie d’art, croisement de Deustua et Conde de Lemos.

Grimpez jusque Huajsapata - Depuis cette colline à) 4 rues de la place d’armes, on observe la ville et son lac. On dit que, d’ici, partent des souterrains qui rejoignent le temple de Santo Domingo à Cusco.

Se restaurer à Puno

Vida Natural Jr Lanbayeque 141 – Menus au déjeuner et dîner à 20s. Soupes, omelettes ou quinoa a la jardinera (avec foison de petits légumes). De 8 h à 20h30, fermé le samedi. Seulement le midi.

Pizzeria El Fogon – Lima 147 petite, chaleureuse autour de son four en pierres et avec mezzanine à l’étage. Menu à 18s, soupe fraîche, pizza personnelle ou pâtes, jus ou maté. Ouvert uniquement le soir.

Les charriots à bonne santé : emolientes. Le soir à partir de 17 h les mamitas s’installent et servent des emolientes à boire : eau chaude à laquelle on ajoute des herbes et médecines locales. De l’eau d’orge, du citron, du miel… et un liquide un peu visqueux extrait du cactus. Parfois on y ajoute la plante « uña de gato », la griffe de chat, réputée pour ses effets bénéfiques sur l’asthme, les rhumes, les allergies culinaires, les rhumatismes et les infections urinaires, et excellent agent anti-inflammatoire.

×