BUENOS AIRES

Notre expérience

Hébergement : Hôtel Ibis Obelisco : très bien situé, permet de visiter les principales attractions de BA à pied.

Restaurant préféré pour déguster une belle pièce de boeuf : Asador La Estancia Lavalle 941 - Si vous n'imaginez pas pouvoir avaler les 300 et quelques grammes, il est possible de partager et on vous proposera même deux cuissons différentes si besoin!

Plans avant le départ : visiter le quartier Recoleta et son cimetière (tombe Eva Peron), San Telmo et ses bâtiments coloniaux.

Le récit de notre blog :

Notre hôtel est idéalement situé près de l’obélisque, situé sur la plus large avenue du monde : l’avenue du 9 juillet à Buenos Aires. Du coup, nous parcourons la ville à pied sous le soleil, température 25°. Nous avons remis t-shirts et pantacourts avec plaisir. 

Nous allons jusqu’au quartier de la Recoleta, surtout célèbre pour son cimetière où reposent de nombreuses personnalités de la nation. La tombe la plus regardée – et la plus fleurie plus de soixante ans après sa mort – est celle d’Eva Peron. 

Non loin de là, il y a la place de France avec un monument érigé par la Colonie Française en remerciement à la nation argentine (cette colonie avait été créée par des paysans de l’Aubrac).

Buenos Aires est vraiment une très belle ville (mais mieux vaut ne pas s’éloigner des rues principales…) avec une belle architecture et de beaux parc arborés un peu partout au centre-ville.

L’après-midi est consacrée au quartier de San Telmo, un des plus anciens de la ville avec des restes d’architecture coloniale. Il est encore un peu tôt mais nous avons la chance d’assister à un spectacle de danseurs de tango qui se produisent pour les clients des cafés autour d’une petite place.

 

Le lendemain, Nous repartons à pied en direction des Galeries Pacifico, galeries commerciales installées dans les locaux du « Bon Marché » argentin, édifié en 1890.

Pour nous y rendre, nous empruntons la rue piétonne Lavalle et sommes, pour la première fois dans la capitale, sollicités par les changeurs de monnaie parallèles. De chaque côté de la rue, on entend des « cambio ! cambio ! dollares, euros, reals…). Comme c'est notre dernière journée ici, nous avons calculé au plus juste notre montant de pesos afin qu’il ne nous en reste pas donc nous ne répondons pas aux invitations. Mais il est vrai que c’est tentant quand on sait que ces changeurs « clandestins » proposent un taux 40% supérieur au taux officiel… A peine clandestins car ils ne se cachent pas des policiers en faction qui s’en moquent éperdument!

Idem pour la rue Florida où sont les fameuses galeries. Bâtiments magnifiques abritant de nombreuses  boutiques de luxe. Nous continuons de flâner dans ce quartier agréable, il y a un parc pas très loin bien sûr.

Pour le déjeuner, comme nous avons été déçus par la viande de bœuf argentine dans les restaurants de Patagonie, nous décidons de faire un dernier essai dans un restaurant spécialisé – qui a dû faire chauffer un peu trop les braises car sa devanture est brûlée… -Et là, pas de regrets, la viande est vraiment délicieuse. Nous avions décidé de nous partager un pavé de filet et le serveur nous a proposé de le couper en deux de façon à le faire cuire selon le goût de chacun : à point pour moi, bien cuit (ils disent trois quarts) pour Michel. Arrosé avec un verre de Malbec/Merlot argentin.